Étude de cas : Enseignements tirés de l’inondation d’une école

Étude de cas :
Enseignements tirés de l’inondation d’une école

À l'automne 2016, un événement météorologique extrême a entraîné l'entrée de quatre pieds d'eau dans le niveau inférieur d'un établissement d'enseignement dans l'Est du Canada. L'eau de crue, mélangée avec de la boue, du mazout et des eaux résiduelles, a causé des dommages importants aux finis et au contenu des bâtiments. Les cours ont été interrompus et les élèves ont été temporairement transférés dans d'autres écoles. Il était important que le bâtiment soit assaini et rendu opérationnel le plus rapidement possible.

Un expert en sinistres a été affecté à la réclamation et un entrepreneur en restauration engagé pour effectuer les travaux d'urgence nécessaires pour atténuer le sinistre. L'entrepreneur a également reçu l'autorisation de commencer le processus de reconstruction.

Le travail a commencé rapidement et la tâche semblait bien se dérouler. Cependant, lorsque les factures ont commencé à arriver quelques semaines plus tard, les assurés cotisants ont été surpris par le coût élevé du projet. De plus, il y avait des préoccupations concernant la portée des travaux en cours et le calendrier du projet. À ce stade, SPECS a été contacté afin de maîtriser le projet.

Le consultant SPECS a retracé les problèmes liés à l'ampleur et à la complexité du projet. Souvent, il est difficile pour un expert en sinistres de dédier le temps nécessaire à la gestion d'un projet de cette envergure et de répondre à des préoccupations structurelles, environnementales et d'atténuation. Au moment de ce projet, l'expert en sinistres gérait également un grand nombre d'autres sinistres dans la région, liés au même événement catastrophique.

En raison de la pression pour commencer les travaux d'assainissement, les sous-traitants ont été libres de procéder, avec peu de discussions sur la portée des travaux ou la fixation des prix. Le consultant SPECS a examiné de près toutes les factures fournies et correspondait avec chaque corps d'état secondaire travaillant sur le projet. La vérification des travaux d'assainissement a révélé des dépenses excessives allant jusqu'à 50% de plus que ce qui serait généralement facturé.

De plus, certaines finitions ont été inutilement enlevées du bâtiment, ce qui a entraîné des coûts de reconstruction plus élevés et des délais plus longs.

SPECS a également constaté qu'il y avait une certaine duplication des efforts entre les directeurs de l’établissement et l'entrepreneur en restauration. Par exemple, l'embauche d'un ingénieur en environnement, entreprise par les deux parties, s'est traduite par des coûts supplémentaires.

Un autre facteur affectant le coût était la gestion de la partie des contenus de la réclamation, qui était substantielle. Sans les instructions nécessaires, l'entrepreneur a procédé à l'élimination d'une grande quantité d'articles qui auraient pu être récupérés, ce qui a entraîné des dépenses supplémentaires de plusieurs centaines de milliers de dollars.

Comme SPECS a été introduite dans le projet «tard dans le jeu», la facturation de certains entrepreneurs avait déjà été soumise. À l'avenir, tous les documents ont été examinés par l'expert-estimateur SPECS et ajustés au besoin. Des voies de communication étaient désormais ouvertes entre les propriétaires, les entrepreneurs, les experts en sinistres et les examinateurs

La capacité de direction et l'objectivité des tiers de l'expert-estimateur SPECS ne sont pas passées inaperçues. L'implication de SPECS dans le sinistre a été élargie pour inclure la supervision de la partie de reconstruction de la réclamation. Une première étape importante consistait à réunir les détails nécessaires pour limiter la portée des travaux aux éléments liés au sinistre. Bien que les directeurs des installations aient été intéressés à apporter des modifications aux zones non touchées du bâtiment, le centre d'attention a été mis sur le retour à l'état antérieur au sinistre, ce qui a simplifié le processus d'appel d'offres. SPECS a également été en mesure de faire des recommandations concernant l'appel d'offres pour les grandes entreprises de construction commerciale, qui étaient mieux équipées pour entreprendre un projet de cette envergure.  Bien que l'appel d'offres ait finalement suivi le protocole du gouvernement, les informations et les spécifications fournies ont été utilisées pour développer la portée des travaux.

Les experts-estimateurs SPECS possèdent une vaste expérience en construction/restauration et connaissent bien les pratiques et les principes de l'industrie de l'assurance. Ils comprennent également la nécessité de maîtriser les coûts et les délais.

La première leçon de grands projets comme celui-ci est qu’il ne faut pas paniquer. Les évaluateurs SPECS prennent le temps d'évaluer la situation, posent les questions appropriées et attendent les réponses. À partir de là, toutes les actions peuvent être contrôlées et surveillées. Ce passage d'une «approche précipité et axée sur la panique» à une «approche contrôlée et méthodique» garantit que le sinistre sera traité avec efficacité et précision.

Une autre leçon apprise sur ce projet était que la participation de consultants expérimentés tels que SPECS dès le début du sinistre a entraîné des économies de temps et d'argent à long terme. Dans de nombreux cas, la direction initiale donnée aux professionnels de l'assurance et de la restauration - suivie d'une surveillance judicieuse - est tout ce qui est nécessaire pour que la réclamation se déroule bien. Ceci est particulièrement critique si la réclamation a des circonstances particulières, est de grande envergure ou implique de multiples parties prenantes. De nombreux entrepreneurs de restauration ne sont pas familiers avec les sinistres commerciaux importants et les traitent comme ils traiteraient une réclamation résidentielle typique. Ces projets doivent souvent être examinés avec un regard plus aguerri et être traités avec une approche différente.

Ces leçons ont été prises sérieusement en considération. Les experts impliqués dans l'inondation de l’école se sont penchés depuis lors sur SPECS pour obtenir des conseils sur des projets similaires, sachant que le recours à des conseils d'experts au début du processus peut s'avérer beaucoup moins coûteux qu'apprendre à la dure.

TÉLÉCHARGER EN PDF